Remerciements

Merci à tous les contributeurs du financement du film « Satire dans la campagne » :

ABADIA Jean, AGERT Isa, ALLIN Jean-Michel, ANDRE Michel, ANGOT Emmanuel, ARDOUIN Virginie, ARIAS Jean-Claude, ARTOLA Loick, AUBERTIN Christian, AUZURET Jacques, BAFOIL Sonia, BAILLEUL Bérengère, BARBET Eric, BARBOT Fanny, BARROUILHET Laurence, BARROUQUERE Hervé, BARS Festi, BATBY Lætitia, BEAUDEUX Valérie, BEAUX Christophe, BELLE Anna, BERNAT Perrine, BERROCAL Muriel, BERTIN Christophe, BERTRIX Nathalie, BIHAN Marc, BILLAUD Lisa, BIZEAU Ysabel, BLACHER Maxime, BLONDEL Virginie, BONHOMMET Elise, BORDENAVE André et Gisèle, BORDES Edwige, BOUCAU Pierre, BOUYRIE Sylviane, BOYER Etienne, BRACHET Stéph, BRAYDA BRUNO Nadia, BREDEL Jeanphi, BRUCHON Gladys, BUDA Annelise, BUDA Marilyne, CALVEZ Sébastien, CAMBON Michel, CAPPELLE Bertrand, CARRERE Paul, CARSEL Danielle, CASTRO Elisabeth, CAUSSE Angelina, CAUSSE Emmanuel, CHARLES Eric, CHASSERIO Patrick, CHEVALLIER Sébastien, CHEVREAU Bruno, CINEBUS LES HOUCHES, CK Loïc, CLAPPIER Arnaud, COLINET Margaux, CORCUFF Corinne, CORCUFF Claude, COUSSEAU Josette, DABIT Sylvain, DA COSTA Anna, DAMESTOY Viviane, DANIEL Michèle, DARRIERE Jean-Louis, DAVID Sylvain, DE DIEULEVEUT Gabriel, DE VALICOURT Béa, DEBEZE Laurent, DECRET Laurent, DECROIX Sandrine, DELAUNAY Florence, DELMAS-MARSALET Cyril, DELOIRE Laurent, DELUCQ Xavier, DESPRES Peggy, DETERPIGNY Laurence, DONNADIEU Alexandre, DOURTHE Eve, DUBOIS Dominique, DUCOURAU LESTAGE Marie, DUMONT David, DUPEYRON Patrick, DURQUETY Evelyne, DUSSAUD Sophie, DUVAL Mélodie, ERIC Fred, FAURE Clémence, FAURE David, FAVIER Renaud, FERRET Benjamin, FLOCH Gaëlle, FOCANT Marie, FOURNIER Nelly, GALIANA Guillaume, GANAN Olivier, GARBAY Valérie, GATH Abri, GATINEAUX Jean-Michel, GATTI Emma, GAUTHIER Nataly, GAUZERE Jean-Michel, GELEZ Jean-Marie, GERONIMI Sandra, GODARD Véro, GOT Aurélie, GRECO Stéphane, GRIBOUILLO Piet, GRIHON Luce, GUEDJ Aurélie, GUILLAUME Didier, GUILLO Alain, GUTIERREZ Sylvain, GUYON Michel, GUYON Nicolas, HARIBO Bloodi, HARZALLAH Samy, HATRON MEDINA K’lou, HAZERA Christine, HEYMONET Véronique, HOSTILLUS NICOL Marilys, IGIER Annabelle, JABLI Nathalie, JAMMET Christine, JEGOUZO Loïc, JONATHAN Stéphane, KADOSCHE Jeremy, LACOSTE Claire, LAFFITTE Florence, LAFFONT Marc, LAGOUJE Sushina, LAGUILHON-DEBAT Lise, LANDO Mireille, LAPORTE Florence, LARDON Fred, LASSALLE Marie-Noëlle, LAVIE Philippe, LECLERC Nadia, LELONG Stéphanie, LEMOIGNE Nadia, LENAERTS Julie, LESFAURIES Judith, LETESSIER Marie-Danielle, LHERMETTE Théo, LIENARD Isabelle, LOCU François, LOISY Arnaud, LOUF Cécile, MAGGI Stéphane, MAGGINI Pierre, MARGERIE Frank, MARGUERETTAZ Pascale, MAY Olivia, MAZIZ Linda, MAZZUCHINI Xavier, MERBOUCHE Malika, MERCADIER Sophia, MEVORACH Arena, MICHAUDET Martine, MIE Eric, MING Candy, MIOT François, MORENO Marc, MORTEYROL Béatrice, MOTTIER Patrick, MOUSTAKI Pia, MOXHET Eric, NARETTO Marc, NONET Erwan, NONET Maël, OLIVIER Sophie, ORTI APESAC AQUITAINE Nath, OVIEDO Sandra, OZOUF Patrick, PAILLOUX J-P Gérard, PARIS Stéphane, PEDEZERT Emmanuelle, PELLET-MANY André, PERON Michel, PERON Sophie, PETIT Pascal, PHPT Audrey, PORETTI Romuald, PORTE Frédéric, POTELLE Laurent, PUYJALON Nicole, RAULT Stéphane, REDON Emmanuelle, REGONESI Benjamin, RIGOUSTE Frederic, ROBERT Julie, ROBERT Magaly, RODHO Rod, RODRIGUEZ Chantal, ROUSSEL Roselyne, ROUTIER François, ROUZAUD Karin, RUE Julie, SAINT-LAURANS Olivier, SALLES David, SALVE Serge, SANCHEZ Olivier, SAUZET Dany, SAVAUX Marion, SCHWAB Guillaume, SCHWEYER Frédéric, SEMLALI Moulay, SEURONT Delphine, SIERRA Naïs, SMITH Olive, SONDRON Jacques, STEPHAN Eric, TALGORN Claire, TANAY James, THIRIET Bertrand, TOURMEZ Fabrice, TOUSSAINT Jon, TRAVINI Laurent, TROMPARENT Rémi, TSIONEB Navrom, TV Arrache, VALLAT Sylvie,VANHOUTEGHEM Valerian, VAUTHIER Renaud, VERY Laurence, VILLALBA Pascal, VIN Serge, VOISIN Nicolas, WEY Fifain, ZAMARI Philippe, ZWICKERT Rachel.

Un article dans SUD OUEST !

La présidentielle vue par les satiristes, dans l’objectif de Marc Large et Maxime Carsel sur Sud Ouest.

Le dessinateur landais et le réalisateur tournent en ce moment « Satire dans la campagne », pour lequel est lancée une campagne de financement participatif. Plus qu’un carnet de campagne, un véritable état des lieux de la satire en France.

A lire sur le site de SUD OUEST

Le projet du film en détail

Nous retrouvons les auteurs dans leur intimité créatrice et ils s’expriment sur cette campagne électorale.

Nous voyons comment ils imaginent leurs dessins, comment ils rédigent leurs chroniques ou leurs one-man-shows. Comment l’inspiration arrive suite à un fait d’actualité.

Nous nous intéressons à leur rapport au pouvoir (pourquoi les humoristes sont-ils souvent marqués politiquement ? Peuvent-ils être militants ou engagés ?).

Jamais auparavant l’extrême droite n’a été aussi proche de sa victoire, alors que paradoxalement quasiment tout le monde s’est senti « Charlie ». Comment l’humoriste analyse-t-il tout ceci et comment le traite-t-il dans son œuvre ? Quelle influence peut-il avoir sur un vote ?

Est-ce que l’humoriste est un je-m’en-foutiste ou est-ce que la carapace du rire cache quelqu’un de sensible et d’inquiet ?

Est-il un simple bouffon du roi ou presque un « lanceur d’alerte » ?

Chacun des intervenants nous apporte des réponses à toutes ces questions. Souvent dans des lieux emblématiques : des locaux de Charlie Hebdo à ceux de Canal+, en passant par la Maison de la Radio, la rue des 3 Portes (premier endroit de Hara-Kiri et Charlie), les bureaux de Fluide Glacial, celui de Tignous grâce à sa femme, le Café de la Gare, etc…

Le film nous conduit jusqu’à l’élection présidentielle et la réaction de quelques uns de nos intervenants à propos du devenir de la satire dans ce nouveau contexte politique.

Nous souhaitons que ce film fasse rire et réfléchir.

Placé sous le signe de l’humour, ce document veut démontrer l’importance de la satire dans notre société. Poult de la démocratie, cette liberté de ton et d’expression est une véritable soupape, une bouffée d’oxygène salvatrice pour les lecteurs, les auditeurs et les spectateurs. La satire fait également réfléchir.

La satire est une œuvre dont l’objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l’intention de provoquer, prévenir un changement ou de porter à réfléchir. Le terme « satire » vient du latin satura qui signifie « mélange » ou « pot-pourri », en raison de la multitude de ses modes d’expression : dessin, théâtre, littérature… puis cinéma, chanson, etc. (D’où la volonté de rassembler des artistes d’horizon et de modes d’expression différents).

L’attentat terroriste qui a visé Charlie Hebdo en 2015 a réveillé un élan de solidarité sans précédent dans le monde entier et une prise de conscience générale de l’importance de la liberté d’expression. La France revendique depuis longtemps ce ton tout particulier de la « gauloiserie » : ce qui est de l’ordre d’une gaité vive et libre.

De Coluche à Groland, en passant par Desproges ou Hara-Kiri, la critique des politiques par l’humour est une spécificité que les français affectionnent autant qu’elle peut les choquer.

Mais quel est véritablement le pouvoir de la satire aujourd’hui ?

On parle de nous sur Fait d’images

Pas de satire sur France Télévisions
La satire deviendrait-elle gênante en période électorale ? On peut se poser la question après les difficultés rencontrées par le dessinateur Marc Large et le réalisateur Maxime Carsel pour parvenir à concrétiser leur projet de film « Satire dans la campagne ».

A découvrir sur Fait d’images
le blog de françois forcadell – l’image dessinée dans l’actualité

Satire dans la campagne

Avec Max Carsel, nous préparons un documentaire de 52 mn intitulé « SATIRE DANS LA CAMPAGNE », avec pour intervenants pressentis : des auteurs et dessinateurs de presse (Charlie Hebdo, Siné Mensuel, Fluide Glacial, Canard Enchaîné), Groland, Guy Bedos, Daniel Prévost, Edouard Baer, Jean-Pierre Mocky, Yvan le Bolloc’h et Bruno Solo, Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Berroyer, Christophe Alévêque, Didier Porte, Guillaume Meurice, Nicole Ferroni, Sophia Aram, Liebig, Noel Godin, Didier Super, Didier Wampas, etc… (Tous ne nous avaient pas encore répondu mais beaucoup avaient été déjà rencontrés pour le film).

Le synopsis et la note d’intention que nous avions rédigés :

La satire est une œuvre dont l’objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l’intention de provoquer, prévenir un changement ou de porter à réfléchir. Elle tire son nom du latin satura, qui signifie « mélange » ou « pot-pourri », en raison de la multitude de ses modes d’expression : dessin, théâtre, littérature… puis cinéma, chanson, etc.

Pouls de la démocratie, cette liberté de ton et d’expression est une véritable soupape, une bouffée d’oxygène salvatrice pour les lecteurs, les auditeurs et les spectateurs. Mais la satire fait également réfléchir ! C’est pourquoi l’attentat terroriste qui a visé Charlie Hebdo en 2015 a réveillé un élan de solidarité sans précédent dans le monde entier et une prise de conscience générale de l’importance de la liberté d’expression, vitale pour toute démocratie.

Placé sous le signe de l’humour, ce film veut démontrer l’importance de la satire dans notre société. Pour ce faire, nous suivons la campagne des présidentielles de 2017 auprès d’humoristes satiriques (dessinateurs de presse, acteurs, comédiens, chroniqueurs) impertinents mais pertinents.
La France revendique depuis longtemps ce ton tout particulier de la « gauloiserie » : ce qui est de l’ordre d’une gaité vive et libre. De Coluche à Groland, en passant par Desproges ou Hara-Kiri, la critique des politiques par l’humour est une spécificité que les français affectionnent autant qu’elle peut les choquer. Mais quelle est véritablement le pouvoir de la satire dans la France d’aujourd’hui ?

Peut-elle vraiment s’inviter dans le débat public et l’élection présidentielle ?